Le pouvoir Nkuruziza vit ses derniers jours !
Le 04 mai 15

Avec ce lundi matin, la campagne "halte au 3e mandat" marque un nouveau tournant. Dans certains quartiers du Nord de la capitale, notamment à Buterere, les femmes sont en venues en masse pour grossir les rangs des manifestants. Ces femmes apportent une motivation supplémentaire aux manifestants. Elles disent qu’elles ne vont pas reculer aussi longtemps que Pierre Nkurunziza ne va pas se désister pour ce 3e troisième mandat. Ces femmes sont pour la plupart des mamans commerçantes qui vendent des fruits dans les rues de Bujumbura, régulièrement maltraitées par des éléments de la police nationale.
Cette matinée aura également vu le début des manifestations à Mugongomanga, Rwibaga, Ijenda, Nyakararo et Gisozi pendant qu’à Matana et Bitezi, les tensions entre manifestants et la police restent persistantes  ! Pour la première fois depuis le début des manifestations, il y a déjà une semaine, les manifestants ont pu battre le pavé contre le 3e mandat, au centre-ville de Bujumbura. Mais vite, la police les a dispersés et les coups de feu se sont fait entendre.

Pour rappel, la trêve du week-end était marquée par le discours du Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants, le Général-Major Pontien Gaciyubwenge. Dans sa sortie médiatique, il a tenu à rappeler l’importance du respect de la Constitution et de l’Accord de Paix d’Arusha pour la paix et la réconciliation nationale. Le patron de la Défense Nationale a saisi de cette opportunité pour dire que la Force de Défense Nationale n’entend pas violer la Constitution, encore moins l’Accord d’Arusha, au profit de certains politiciens, guidés par des intérêts sectaires et égoïstes. Pour nombreux analystes, la FDN s’inscrit en faux contre la candidature de Pierre Nkurunziza.

Ce qui sera également confirmé par le chef d’Etat-Major de la FDN, le Général-Major Prime Niyongabo, dans sa déclaration de ce dimanche soir. La position de la FDN a d’une certaine manière booster les manifestants. Et les exactions de certains policiers, à l’image de Kazungu, font monter la pression dans toute la capitale, Bujumbura. C’est pour cette raison que la commune Buterere a finalement décidé de descendre dans la rue en vue de contester le 3e mandat de Pierre Nkurunziza. La confiance entre la population et la FDN augure déjà une bonne sortie de ces manifestations, même si la PNB traîne toujours les pieds, en défendant aveuglément le 3e mandat de Pierre Nkurunziza.

Quoi qu’il en soit, la position de la PNB reste confuse. Infectée par les miliciens "imbonerakure" et les "interahamwe" rwandais, la PNB terrorise la population et semble se positionner, corps et âme, au 3e mandat de Pierre Nkurunziza. Dans plusieurs quartiers de Bujumbura, la situation indique que c’est le fameux Kazungu, l’officier Ayubu, et le Lieutenant-Général Adolphe Nshimirimana qui seraient les véritables commandants des opérations pour mater les antis 3e mandat ! Si les choses continuent sur la même lancée, dans les quartiers Nord de Bujumbura, on n’est pas très loin des affrontements directs entre la police et la population.

Pendant que dans le Sud, notamment à Musaga et Kanyosha, la police, les "imbonerakure" et  les "interahamwe" sont submergés par les manifestants et adoptent désormais un profil bas. A tout moment, les manifestants peuvent atterrir sur la "Place de l’Indépendance" ou à "la Place de la Révolution", selon leur volonté. Les populations de Musaga et Kanyosha sont renforcées par des centaines des manifestants venus des montagnes surplombant la capitale, à majorité FNL d’Agathon Rwasa qui chantent en ces termes  : "twarahiye yemwe twarahiye, Peter Nkurunziza azoja i La Haye"!

Aujourd’hui, Bujumbura brille par l’absence de Pierre Nkurunziza, plongé dans son mutisme légendaire. Certains de ses griots, à l’instar du Ministre Edouard Nduwimana, continuent de minimiser la situation. Selon eux, le Burundi est en paix, en dépit de "quelques révoltés cherchant à saboter les prochaines élections".
Cette paix qui s’observe par la fermeture de tous les magasins, de toutes les pharmacies, des écoles, des banques, … dans tous les quartiers de Bujumbura, avant d’expédier par dizaines, des innocents blessés par balles dans les centres de santé et les hôpitaux, ... c’est une paix qui n’est pas du goût de ces manifestants, dont l’effectif à aujourd’hui tripler !
A tel point que les ménages s’organisent pour les ravitailler en nourriture, en eau et en fruits pour continuer la bataille. Ce qui démoralise visiblement les "imbonerakure" dont certains commencent à se rendre ! Sur tous les clichés, le pouvoir Nkurunziza est entrain de vivre ses derniers jours. Lui qui n’a pas encore compris, dix ans après, que le peuple est souverain, la Constitution et l’Accord d’Arusha sont inviolables et que le 3e mandat est une œuvre utopique et suicidaire !

Par Enock Haziyo
Burundi Transparence c'est l'actualité en continue