Un ancien Premier ministre plaide pour une loi sur l' origine licite des biens
(Source: Xinhua)
Le 10 juillet 14

Anatole Kanyenkiko, ancien Premier burundais (septembre 1994-mars 1995), préconise la mise en place d'une loi sur l'origine licite des biens pour garantir la bonne gestion de la chose publique.

"On constate présentement qu'on évoque au Burundi des cas d' enrichissement illicite. Cela veut dire que tout est permis pour accuser l'un ou l'autre, qui a des biens ici et là, comme quoi ceux-ci seraient le fruit d'un vol ou d'un détournement des deniers publics", a déclaré M. Kanyenkiko en marge d'une conférence publique organisé par l'ONG burundaise "Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques" ( OLUCOME) sur un thème libellé ainsi: "D'où a-tu tiré ta richesse?".

Si les biens possédés par quiconque ne sont pas d'origine licite, a-t-il précisé, il serait de la compétence de l'Etat, soit de les saisir, soit de les muter vers une utilisation publique.

Pour garantir la transparence dans la gestion de la chose publique, a-t-il ajouté, la mise en place de cette loi qui fait cruellement défaut dans l'arsenal juridique burundais, viendrait rassurer également la communauté nationale et internationale en ce qui concerne l'origine licite des biens des mandataires publiques.

En mai 2012, le gouvernement burundais a annoncé une Stratégie Nationale pour la Bonne Gouvernance et de Lutte contre la Corruption (SNBGLC), dans le cadre de la mise en oeuvre de la tolérance zéro contre la corruption proclamée par le chef d'Etat burundais Pierre Nkurunziza le 26 août 2010, lors de son investiture pour son second mandat quinquennal.

Burundi Transparence c'est l'actualité en continue