Similitude entre le plan Simbananiye et celui de Pierre Nkurunziza
Le 03 juillet 14

Adolphe Nshimirimana, Pasteur Nkurunziza, Pasteur Simbananiye Arthémon en face de leur Dieu
Force est de constater que l'atmosphère politique morose qui caractérise le régime Nkurunziza Pierre rappelle étrangement les moments de tristes mémoires que la population a enduré sous le régime du sanguinaire Micombero Michel, durant la période 1966-1976, dont le maître penseur était le sinistre Simbananiye Arthémon. Ce dernier est encore en vie et s'est métamorphosé en Pasteur évangélique émettant sur les mêmes ondes que le Pasteur Président Nkurunziza.

Les deux dictateurs Nkurunziza Pierre et Micombero Michel se ressemblent par leur caractère mesquin, tortueux et sans scrupule. A l'instar de Michel Micombero, qui durant son règne, a toujours manifesté une envie obsessionnelle de se maintenir au pouvoir; Pierre Nkurunziza au nom du Président de la république et du Président du conseil des sages du parti CNDD-FDD applique sans état d'âme les pratiques immorales et machiavéliques de cet homme qui a endeuillé le Burundi en 1972 sous la casquette du Président de la république et Président du parti état l'UPRONA.
Gestionnaire du pays et n° 1 du parti CNDD-FDD étant donné que celui qui fait la pluie et le bon temps se comporte comme un dirigeant du Burundi des périodes de crise politico-éthnique.

Micombero voulait se proclamer président à vie. Nkurunziza n'est pas loin de cette idée; car il veut s'octroyer un 3ème mandat illégal et ne cache pas son intention de se maintenir à la tête du pays jusqu'à la fin de ses jours. Les deux scélérats ont des stratégies convergentes dans l'exécution de leur plan diabolique.

A l'époque de Micombero, le plan Simbananiye se résumait en 3 points à savoir "PROVOCATION – REVOLTE – REPRESSION". La procédure d'exécution de ce plan est relatée dans beaucoup de documents. Nous n'y reviendrons pas.

L'une des étapes de l'exécution de son plan, le gouvernement de Micombero par le biais de Shibura avait envoyé un groupe de jeunes burundais en Tanzanie pour y recevoir une formation de militantisme. De retour, ils ont reçu l'ordre de lancer des slogans hostiles au pouvoir; en criant : "VIVE NTARE V ET A BAS MICOMBERO". Leur objectif était de provoquer une panique générale au sein de la population en faisant croire à une attaque des monarchistes hostiles au régime HIMA. Ainsi, ce fut une aubaine à Micombero et son entourage pour incriminer de paisibles citoyens en les traitants d'opposants à son régime.

Pasteur Simbananiye, Pasteur Nkurunziza, Adolphe Nshimirimana dans les grands moments de Mea-Culpa
Parallèlement, à la même époque, les hommes de confiance de Micombero effectuaient plusieurs missions à l'Est du Zaire (RDC actuelle) voisin gouverné par le Marechal Mobutu Sésé Seko.
Parmi ces émissaires, figurait un certain Simbananiye Arthémon (Ministre des Relations Extérieures), Bizindavyi Bernard (Chef de la sûreté nationale) et Ndikumana Gabriel (Chef des Opérations Militaires à l'Etat Major des Forces Armées Burundaises en sigle FAB). Ils avaient pour mission de décrocher auprès de Soumiallot (Chef rebelle zairois) un accord de dépêcher les guerriers mulelistes dans la plaine de l'IMBO, pour afin déclencher les événements de 1972 dans cette région. Ils ont servi en tant que mercenaires pour donner le coup d'envoi des massacres programmés depuis le 29/04/1972. Après avoir accompli leur mission, ils ont retourné chez eux au Zaire.

Aujourd'hui, le plan Nkurunziza Pierre se résume en un seul point à savoir la CREATION DU CHAOS GENERALISÉ pour garder le pouvoir éternellement et satisfaire leur cupidité en accumulant une richesse inestimable. Pour y parvenir, un plan d'exécution a été élaboré. Voilà les différentes étapes de sa mise en œuvre:

  • Ecarter du parti CNDD-FDD de tous ses membres hostiles aux concepteurs du plan;
  • Diaboliser et emprisonner les leaders d'autres partis politiques et de la société civile qui dénoncent les errements des tenants du pouvoir;
  • Former une milice des jeunes IMBONERAKURE pour semer la terreur et aussi assassiner les personnes cibles;
  • Poursuivre les membres actifs des partis d'opposition devant les instances judiciaires;
  • Démantèlement des partis d'opposition en créant des doublons appelés communément NYAKURI afin d'instaurer sa propre version de démocratie au Burundi;
  • Restrictions des libertés civiles et politiques des opposants et des activistes de la société civile.
C'est dans ce cadre de l'exécution ce plan que le couple ci-haut cité a envoyé des jeunes IMBONERAKURE à Kiliba-Onds pour une formation militaire. Le retour a été programmé au mois de juillet 2014. Ces IMBONERAKURE vont simuler une attaque qui sera immédiatement collée au dos des partis politiques d'opposition. La suite est connue d'avance c'est-à-dire après cette simulation d'attaque et sur le champ, les leaders influents de l'opposition seront arrêtés; ceux qui auront la chance seront emprisonnés et d'autres exécutés. Ainsi, après avoir décapité l'opposition, Nkurunziza Pierre sera rassuré de l'éternisation de son règne sans partage sur le Burundi.
D'autres actions ignobles qui s'inscrivent dans le même ordre d'idée, ont déjà été consommées comme:

  1. les massacres de Muyinga à la Ruvubu;
  2. l'incarcération de l'Honorable El Hadj Hussein Radjabu et d'autres membres du CNDD-FDD notamment Haragakiza Jean Marie, Nyabenda, Ribakare Baudouin, Birori Nestor, Kagabo Evariste et Bigirimana Jean. Même si les trois derniers ne sont plus sous les verrous pour des raisons qui ne sont connus que par des tenants du pouvoir;
  3. l'assassinat ignoble d'Ernest Manirumva;
  4. les assassinats des membres des partis FNL, UPD et MSD;
  5. les incendies criminelles des marchés dans différents coins du pays;
  6. la lourde condamnation des membres du MSD;
  7. l'emprisonnement de Pierre Claver Mbonimpa président de l'APRODH;
  8. l’expulsion des diplomates et fonctionnaires de l'ONU pour ne citer que ceux-là.
Après cette analyse, toute personne dotée de bon sens d’observation peut constater avec nous l'analogie flagrante entre le plan SIMBANANIYE et celui de NKURUNZIZA.

L'objectif principal des concepteurs de ces plans macabres est de se maintenir au pouvoir indéfiniment; en instaurant des dynasties républicaines. Mais, planifier est une chose et réussir en est une autre. Alors qu'il se préparait à célébrer le 10ème anniversaire de sa prise du pouvoir, s'autogratifier le grade de Maréchal et enfin se proclamer Président à vie le 28/11/1966; Micombero a été contraint à prendre sa retraite anticipée par Bagaza le 01/11/1976. L'homme propose, Dieu dispose. Malheureusement, l'une des penchants les plus funestes de l'être humain est son amnésie.
Burundi Transparence c'est l'actualité en continue