Les écoles ont été transformées en bureaux d’état civil
Le 20 décembre 14

Les milieux scolaires sensés être apolitiques ont été tellement politisés au vu et au su de tout le monde. C’est une destruction pure et simple de la nation burundaise. Le pays s’engouffre dans une situation chaotique et cela commence par le début, dans les écoles.

Partout dans le pays, l’on a signalé que les cartes nationales d’identité ont été désormais dactylographiées et distribuées au sein des écoles. Ces cartes ont été octroyées aussi bien aux élèves qu’aux simples citoyens. Tout cela s'est fait dans un but purement électoraliste. Les directeurs d’écoles, souvent présidents du parti au pouvoir ou de la ligue des affiliés au parti présidentiel dans leur localité voulaient faire de leur mieux pour gagner des voix des élèves. Les cartes ont été distribuées gratuitement sauf à Muyinga où un directeur a fait payer 500 francs à chaque élève. Les écoles de Rumonge ont commencé, puis finalement tout le pays a été embrasé. Le lycée communal de Bugenyuzi de la province Muyinga était le plus récent. L’on a rapporté que c’était depuis vendredi 05 décembre que la distribution de ces cartes avait commencé.

A Makamba au lycée communal de Nyange c’était encore grave. Le directeur avait mandaté deux élèves dont un délégué de classe de réquisitionner des récépissés des élèves qui se sont fait inscrire. La collecte devrait concerner d’abord les élèves qui ne sont pas affiliés au parti présidentiel. Ayant déjà ramassé une dizaine, certains élèves n’avaient pas compris pourquoi leur délégué ramassaient ces récépissés. C’était alors qu’ils avaient porté la voix plus haut. Les deux élèves ont été arrêtés et conduits au poste de police. Ils avaient indiqué qu’ils avaient reçu l’ordre de leur directeur. En vue de passer leurs examens, ils ont été provisoirement libérés et leur directeur avait passé une nuit au cachot de la police.

A l’école primaire Kinanira III, c’était un planton qui détenait plus de 100 cartes nationales d’identité. Ces cartes étaient destinées aux enfants de cette école primaire même ceux qui n’ont pas encore l’âge requis pour voter. Lors de la réunion des membres du conseil communal, l’administrateur communal de Kinindo avait reconnu que c’était elle qui les lui avaient données. Mais elle n’avait pas à s’inquiéter. Or, un aventurier de la commune Bwiza qu’on avait attrapé avec deux récépissés avait été conduit directement au cachot. Le parquet a instruit un procès. A Kabarore, c’était dans la province de Kayanza, au nord du pays, le président du parti présidentiel aurait dactylographié plusieurs cartes nationales d’identité, qu’il lui-même avait distribuées dans différentes écoles de la place. Ce sont les élèves des écoles fondamentales de Nyamisagara et Caguka ainsi que ceux des lycées communaux de Kabarore et de Yandaro qui avaient bénéficié de ces cartes d’identité.

C’est très dommage que les milieux scolaires sensés être apolitiques ont été tellement politisés au vu et au su de tout le monde. C’est une destruction pure et simple de la nation burundaise. Demain, un enfant demandera des points parce qu’il est du parti présidentiel. Qui les lui refusera ?

L’enseignant ne le peut pas car il est sous les ordres du directeur et celui-ci exécute directement les ordres de leurs mandants. Le pays s’engouffre dans une situation chaotique et cela commence par le début, dans les écoles.
Burundi Transparence c'est l'actualité en continue